Marcel Debelley

Marcel Debelley une grande figure du syndicalisme de l'enseignement agricole

 

DEBELLEY Marcel, Félix
Jean Reynaud
Né le 21 février 1927 à Gap (Hautes-Alpes) ; ingénieur-enseignant ; syndical du
SNETAP, secrétaire général du SNETAP-Auvergne, puis de la région PACA.
Ses parents, d’origine paysanne, étaient instituteurs ; son père dirigea l’école annexe de l’École
normale d’instituteurs de Gap. Après des études au lycée de Gap, puis au lycée Thiers à Marseille,
il entra à l’École nationale d’agriculture de Montpellier d’où il sortit ingénieur en 1950. Il enseigna
les techniques agricoles à l’École pratique d’agriculture de Rethel (Ardennes) de 1952 à 1956, au
lycée agricole de Clermont-Ferrand-Marmilhat (Puy-de-Dôme) de 1965 à 1970, enfin au lycée
agricole d’Aix-Valabre à Gardanne (Bouches-du-Rhône) de 1970 jusqu’à sa retraite en 1987.
En novembre 1953, Debelley épousa à Aix-en-Provence Jacqueline Lamarche qui le rejoignit dans
les Ardennes où elle devint institutrice. Militante du Syndicat national des instituteurs, elle
partagea avec son mari la totalité de ses orientations et la plupart de ses activités.
Membre dès 1952 du petit Syndicat national des écoles d’agriculture (FEN) avec double
appartenance à la CGT (1961-1964), Debelley fut l’un des fondateurs, en 1965, du Syndicat
national de l’enseignement technique agricole public-FEN (après la fusion de son syndicat avec
celui de l’enseignement agricole féminin). Avec la quasi-totalité du SNETAP, il rejoignit la
Fédération syndicale unitaire lors de sa création.
Secrétaire régional du SNETAP-Auvergne (1968-1970), puis de l’ensemble Provence-Alpes-Côted’Azur-
Corse (1970-1973), puis secrétaire départemental du SNETAP dans les Bouches-du-Rhône
(1973-1986), Debelley représenta son syndicat au conseil d’administration du lycée de Valabre et
au Comité paritaire régional de l’enseignement agricole (1978-1986). Il fut membre des
commissions administratives départementales de la FEN dans le Puy-de-Dôme et dans les
Bouches-du-Rhône, puis du comité départemental de la FSU. Après sa retraite, il participa à la
commission exécutive et du bureau de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique
dans les Bouches-du-Rhône.
Debelley, membre du conseil national du SNETAP en 1967-1973, devint secrétaire général adjoint
en 1969-1971, puis membre de la commission nationale de contrôle du SNETAP de 1973 à 2004.
Il fut membre du collectif national des retraités du SNETAP et de la commission des retraités FSU.
Il représenta son syndicat à de nombreux congrès nationaux. En 1970-1971, il prit part au groupe
du SNETAP, qui travailla, à Cuba, avec les enseignants cubains du Technique.
Adhérent du Parti communiste français depuis 1954, Debelley s’opposa sur le fond, à partir de
1956, à la politique d’alliance avec le Parti socialiste SFIO en raison, notamment de sa position sur
la guerre d’Algérie. Il fut, avec son épouse, exclu du parti en 1959. Il n’adhéra ensuite à aucune
organisation politique, mais devint un des principaux rédacteurs des bulletins Le Communiste, Le
Communiste des Bouches-du-Rhône et Regroupement Communiste.
Debelley s’engagea dans de nombreuses associations, notamment le Mouvement de la paix, le
Comité Audin, le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme, pour la paix, l’Association des
amis de la République sahraouie démocratique dont il créa le Comité marseillais en 1975, France-
URSS, France-RDA, France-Cuba dont il fut membre de la direction nationale à partir de 1975.
SOURCES : Arch. syndicales. — Renseignements fournis par l’intéressé.
Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21665, notice DEBELLEY Marcel, Félix par
Jean Reynaud, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 juillet 2014.